-Benoite_Groult_-

 

Mort de Benoîte Groult, grande figure du féminisme
 
Benoite Groult a dominé son époque de tout son talent et de ses audaces intellectuelles. Elle s’est essayée à tous les genres dans l’écriture comme dans la vie, avec la seule retenue d’une curiosité bien placée.
Elle a été romancière, journaliste (Marie-Claire), essayiste, biographe (Olympe de Gouges), éditorialiste (F magazine) avec un égal succès.
Elle a été une féministe sincère loin des postures convenues.
Elle a été la porte-parole d’un besoin d’émancipation qu’elle a su mettre en mots à travers des essais d’une érudite provocation : le féminisme au masculin, la moitié de la terre, ainsi soit-elle, cette male assurance.
Qu’elle écrive seule ou avec son double, Flora, elle a su produire de la ligne et montrer que cette littérature n’était pas un décor. Elle a été la preuve qu’on peut être singulière par le regard et universelle par la pensée.
Ce n’était pas gagné pour une femme de cette génération qui, il y a quelques jours encore, apparaissait dans une émission de la chaine Histoire, pour raconter la guerre telle qu’elle l’avait vécue jeune fille. Sa force était celle d’un esprit libre dans un pays occupé ; une force qui souligne ce que peut donner un caractère lorsqu’il est à la hauteur de son intelligence. Pendant près de 60 ans Benoite Groult a su parler de soi sans parler d’elle mais d’ELLES.
David LISNARD
Délégué général à la Culture et à la Communication Les Républicains
 
L'engagement féministe de Benoîte Groult a débuté tardivement, en 1968 précisément, c'est-à-dire à presque 50 ans. « J'ai mis une vie, au fond, à prendre de la graine », confiait-elle il y a deux ans dans le documentaire Féministes en tous genres, réalisé par Béatrice Vernhes. Depuis et jusqu'à sa mort le 20 juin 2016, son héritage n'a cessé de s'amplifier : romans, essais féministes, biographies consacrées à des femmes restées dans l'ombre de l'histoire... Au point, pour la romancière, journaliste et militante de devenir une figure incontournable de la lutte pour les droits des femmes.
cinq de ses combats.
Dédiaboliser l'IVG
Libérer la sexualité féminine
Mieux représenter les femmes
Raconter une autre histoire
Le droit à mourir dans la dignité
source le figaro