philippe_rapeneau_190x190

Courrier Ph. Rapeneau président de groupe de l opposition régionale au conseil régional NPC à G. Pépy président de la SNC

Monsieur le Président,

La Région Picardie, confrontée à des difficultés de régularité et de suroccupation de ses trains sur l'axe Paris - Creil, a commandé, mi-2012, une étude de refonte de la desserte auprès de RFF.

Les conclusions de cette étude, dont nous avons eu récemment connaissance dansnotre région, aboutissent à une redistribution de l'ensemble des sillons au départ de Paris pour l'axe considéré.

Or ces modifications, qui entreraient en vigueur à compter du service 2015, c'est-à-dire en décembre 2014, ont des conséquences sur la desserte ferroviaire du Nord-Pas de Calais, en particulier les trains Intercités sur les axes Paris —Amiens — Boulogne et Paris — SaintQuentin Maubeuge/Cambrai, ainsi que des conséquences sur les TGV sur la section Paris-Nord —Arras — Dunkerque.

Compte tenu du maillage et de la complexité du système ferroviaire, l'ensemble de ces modifications a également des impacts sur les TER Nord-Pas de Calais.

Or, alors même qu'elle est directement concernée, la Région Nord-Pas de Calais, malgré les demandes formulées, n'a jamais été intégrée à cette étude associant RFF, la Région Picardie, l'Etat et la SNCF.

Ces modifications entraînent en outre un surcoût de 843 000 € pour l'adaptation du service TER en Nord-Pas de Calais.Ces modifications prévoient enfin une réduction de 3 trains du nombre de desserteParis — Arras et une adaptation de certains TER sur l'axe Arras — Dunkerque.

Dans ces conditions, en ma qualité de Président du groupe L'Opposition Régionale (UMP — UDI), et de Président de la Communauté Urbaine d'Arras je m'associe pleinement à l'avis strictement défavorable sur l'ensemble des modifications résultant de l'évolution de la desserte picarde prévues pour 2015 émis à l'unanimité par la Commission Permanente du Conseil Régional Nord-Pas de Calais réunie le 7 avril.

Il n'est en effet absolument pas normal que nous ayons à subir les conséquences de décisions initiées ou voulues par d'autres, alors même qu'à aucun moment nous ayons été associés à l'élaboration de celles-ci.

Par ailleurs, en ma qualité d'élu régional mais aussi et surtout de Président de la Communauté Urbaine d'Arras, je tiens à m'insurger et à exprimer ma plus vive opposition à la réduction de la desserte TGV d'Arras envisagée dans le cadre du prochain service.

Une fois de plus, le Nord-Pas de Calais, pourtant exemplaire en matière de développement d'offre de transport ferroviaire, est victime de décisions prises sans son avis ni son consentement, décisions qui affectent la qualité de service qu'il s'efforce de proposer et l'effort financier qui est le sien.

Une fois de plus, la desserte TGV de l'Arrageois est menacée et fragilisée,compromettant ainsi les efforts du territoire en matière d'attractivité et de développement, et alors même que le succès du Louvre est au rendez-vous au termede sa première année d'existence.

Aussi, je vous demande de bien vouloir reconsidérer les décisions que vous envisagez de prendre concernant les liaisons TGV Paris — Arras, et de maintenir les dessertes existantes à H+22 et 11+52.

Si vous deviez persister dans vos intentions, nous prendrons toutes les initiatives utiles pour faire plus et mieux entendre nos revendications dans l'intérêt de l'Arrageois, du Ternois et de l'ensemble du territoire régional.

Je vous prie d'agréer, monsieur le Président, l'expression de mes salutations

                           distinguées. .